Le saviez-vous ?

Comment être plus à l’aise dans ses chaussures ?

15 octobre 2018
chaussures trop petites

Normalement, quand on va chez un chausseur, on ressort toujours avec une paire de chaussures parfaitement adaptée à son pied. Or, il arrive de temps en temps qu’on achète ses chaussures, ailleurs,  un peu par coup de coeur et qu’on essaie de ne pas penser au fait qu’elles frottent un peu, qu’elles serrent plus que de raison,… Si c’est le cas, pas de panique, il existe des techniques.

1 – Elles sont un peu trop serrées. Comment agrandir ses chaussures ?

On ne va pas se mentir, on ne passera pas à la pointure du dessus. On peut juste les élargir un peu pour être plus à l’aise.

La technique du journal : mettez du journal humidifié en boule dans vos chaussures et laissez-le toute une nuit. Cela devrait les écarter un peu. On peut aussi utiliser le froid : en mettant des poches d’eau dans des sacs hermétiques et en mettant les chaussures au congélateur toute la nuit. L’eau va geler, prendre plus de place petit à petit et donc élargir les chaussures en délicatesse. Enfin, pour les adeptes du chaud, on enfile ses plus grosses chaussettes et on s’arme de son sèche-cheveux. En quelques minutes, le cuir se détend et la chaussure prend une forme plus agréable.

2 – Elles sont un peu trop rigides. Comment assouplir ses chaussures ?

Parfois, le cuir est un peu trop rigide et ce sont les pieds qui en souffrent. Si la chaussure est plate, on essaie de la plier en deux. Attention cependant à ne pas trop plier si le cuir est cassant, cela risquerait de laisser des traces. Si ce sont des chaussures à talons, on essaie de ramener le bout du pied vers le haut, toujours de façon délicate.

Et surtout, pour assouplir le cuir, on n’oublie pas de le nourrir. Huile de ricin, savon de sellerie ou produit spécifique vendu en boutique, le soin pour le cuir est une étape indispensable, d’autant plus quand on cherche à agrandir ou assouplir ses chaussures.

 

Et vous, quelles sont vos techniques ?

 

 

Source image : Remèdes de Grand Mère

Pourquoi consulter un podologue ?

17 septembre 2018
Pourquoi consulter un podologue ?

On pense rarement à consulter un podologue. Or, le pied est la base du corps et le porte toute la journée. Aussi, à la première douleur, il est important de consulter. Titulaire du diplôme d’état de pédicure-podologue, ce spécialise réalise un diagnostic selon le mode de vie du patient, sa morphologie, les causes et les mécanismes de sa douleur, ses antécédents chirurgicaux et traumatiques. Il aide à réduire les problèmes posturaux et peut ainsi proposer des semelles orthopédiques.

Quelles raisons pour aller consulter un podologue ?

  • Une douleur n’importe où au niveau du pied – plante, orteils, talons, chevilles… – et même au-dessus au niveau du genou (qui peut être le symptôme d’une mauvaise posture)
  • Une malformation du pied, ou un accident ayant entraîné une modification
  • Une usure anormale des chaussures : trop rapide, asymétrique, trop importante…
  • Une modification de la démarche ou de la posture remarquée par un proche
  • En cas de diabète
  • Un entraînement sportif intense
  • Au delà de 75 ans même sans problème particulier

Et pour que les conseils des podologues soient durables, on suit aussi ceux des conseillers-chausseurs des boutiques Salamander.

Plus d’informations sur enviedemarcher.com

Comment entretenir ses chaussures en daim ?

10 septembre 2018

Quand on a de nouvelles chaussures, on voudrait qu’elles restent belles le plus longtemps possible. Et même si l’usage fait qu’elles vont forcément vieillir, on peut les entretenir pour qu’elles gardent de leur superbe le plus longtemps possible. Aujourd’hui, comment entretenir ses chaussures en daim ? Et d’ailleurs, qu’est ce que le daim ? Le daim, en tant que matière, est un cuir classique qu’on a travaillé du côté chair pour lui rendre cet aspect velours.

Alors, comment prendre soin de ses chaussures en daim ?

Déjà, avant de commencer, on pense à ces 3 règles :

  • On nettoie toujours les 2 chaussures
  • On nettoie entièrement la chaussure, même s’il n’y a qu’une petite tache dans un coin
  • On enlève les plaques brillantes, en passant un papier de verre au grain le plus fin possible.

 

Pour un simple entretien, il y a plusieurs possibilités : la brosse en crêpe, la gomme de crayon ou la vapeur d’eau donnent toutes de très bons résultats.

Pour le nettoyage, il faut chercher un peu plus loin.

1 / Le vinaigre blanc, pour les chaussures très sales.

On brosse les chaussures avec une brosse à ongles imprégnée d’une solution 2/3 d’eau tiède, 1/3 de vinaigre blanc et une goutte de liquide vaisselle. On rince avec une éponge essorée et on sèche avec un linge propre.

Le vinaigre blanc peut être utilisé seul pour effacer les taches d’imperméabilisant. On frotte toute la chaussure avec une brosse à ongles imprégnée et on rince. Autre technique contre les taches d’imperméabilisant, le tampon empli de white spirit (qu’on applique en mettant des gants, et si possible à l’extérieur) qu’on passe sur les chaussures.

2 / La gomme magique pour les chaussures un peu sales.

La gomme magique porte bien son nom ! A peine humide, on frotte les chaussures et les taches disparaissent. Magique, on vous dit !

3 / Pour retirer une tache spécifique (on n’oublie pas qu’après il faudra nettoyer les chaussures)

Généralement, une brosse à ongles humidifiée d’eau savonneuse suffit à faire partir la plupart des taches. Si elles sont plus résistantes, on opte pour de l’eau ammoniaquée. Les mains protégées par des gants de ménage, on prend une brosse imbibée d’eau et 2 gouttes d’ammoniaque. On rince avec un linge humide et on laisse sécher sans approcher d’une source de chaleur. Une fois les chaussures sèches, on les saupoudre de talc pour leur redonner leur aspect duveteux.

 

Et vous, avez-vous des astuces pour vos chaussures ?

 

 

Plus d’informations sur ToutPratique.

 

Comment ranger ses chaussures ?

6 septembre 2018

Alors que la météo fait tout ce qui est en son pouvoir pour nous montrer que l’été est bien fini, il va falloir se résoudre à ranger ses chaussures d’été et ressortir celles d’hiver. A bientôt sandales et autres tongs, bienvenue bottines et mocassins ! Mais comment les ranger ? Quelles astuces utiliser quand on a peu de place et beaucoup de chaussures ? Tout dépend de l’amour qu’on leur porte ! (Et de l’avis des autres habitants de la maisonnée ;) )

Quand on aime les chaussures rangées et à l’abri des regards :

1/ les tiroirs-bancs

rangement chaussures

2/ les rangements sous escaliers

rangements chaussures

3/ le shoesing

rangements chaussures

4/ les rangements sous le lit

5/ les paniers

6/ les boites blanches

 

Quand on considère les chaussures comme des oeuvres d’art et qu’on les montre :

1/ le carroussel

rangements chaussures

2/ les patères

rangements chaussures

3/ la grille

rangements chaussures

4/ la bibliothèquerangements chaussures

5/ les moulures

rangements chaussures

6/ les tringles

 

Alors, quel est votre rangement de chaussures préféré ?

 

Sources photos : Une Hirondelle dans les tiroirs & Houzz

 

10 expressions autour du pied et leur signification.

23 août 2018

Aujourd’hui (et parce que c’est bientôt la rentrée, donc un peu de culture générale, ça ne fera pas de mal), on vous liste des expressions contenant un mot du champ lexical du pied (c’est-à-dire, avec le mot chaussure, sabot, soulier, pied, etc), et on vous donne leur signification. – C’est cadeau ! Vous allez sûrement pouvoir briller en société avec ça.

  1. Avoir les pieds sur terre : avoir le sens des réalités.
  2. Ne pas avoir les deux pieds dans le même sabot : être débrouillard.
  3. Avoir un clou dans sa chaussure : avoir du vécu, de l’expérience.
  4. Trouver chaussure à son pied : trouver exactement ce dont on a besoin, ou bien rencontrer la personne qui nous convient.
  5. Il n’y a jamais eu si beau soulier qui ne devienne laide savate : même le plus beau des visages est amené à s’enlaidir.
  6. Il n’y a pas de mauvaise chaussure qui ne trouve sa pareille : même médiocre chacun peu trouver chaussure à son pied (cf point 4.)
  7. Se lever du pied gauche : être de mauvaise humeur, mal commencer sa journée.
  8. Avoir l’estomac dans les talons : avoir très faim.
  9. Être bien dans ses baskets : être à l’aise, se sentir bien.
  10. Battre la semelle : faire les 100 pas.
  11. Lever le pied : ralentir.
  12.  Avoir bon pied bon œil : être en bonne santé
  13. Ne pouvoir mettre un pied devant l’autre : être épuisé.
  14. Avoir le moral dans les chaussettes : avoir le moral à zéro.
  15. Prendre son pied : prendre beaucoup de plaisir (par exemple, “chaque fois que j’achète des chaussures Salamander, je prends mon pied”).
NB : Liste non-exhaustive.

Retour sur l’histoire des Claquettes

21 juin 2018

En ce jour de Fête de la musique, parlons “Claquettes”, et découvrons l’histoire de cet art …

Originaires d’Irlande, les claquettes permettaient aux paysans irlandais de communiquer à travers les vallées en frappant leurs sabots sur des troncs de bois vides. Puis, avec la grande famine, les irlandais quittèrent leur terre natale, émigrant ainsi en Amérique, au début du XIXe siècle.

Très vite, dans les quartiers où cohabitaient noirs libres et irlandais immigrés, une cohésion se crée, et l’art irlandais leur permet alors de communiquer entre eux, d’une manufacture à l’autre. Le Clog Danse nait.

Peu à peu, il se répand à travers les Etats-Unis, devenant un moyen d’expression apprécié des noirs américains, qui réinventent la chaussure : il n’est plus question de sabots, mais de petites chaussures en cuir avec des plaques de bois aux talons : les splits clogs. Malheureusement, ce nouveau modèle s’usant très vite, les années folles voient naître encore une nouvelle version de ces souliers, remplaçant ainsi la plaque de bois par une plaque en fer : les Claquettes (telles que nous les connaissons aujourd’hui) apparaissent alors.

À cette époque, cet art se popularise, encore et encore, et des numéros de claquettes font leur apparition dans les films américains. Dans ce prolongement, ce sont les comédies musicales comme celles de Brodway qui se voient le jour et avec elles, des claquettistes de renom, comme Fred Astaire.

Aujourd’hui, après avoir été de nouveau sous les projecteurs dans les films The Artist ou encore Lala Land, un nouvel engouement apparaît pour les claquettes. Cet art retrouve peu à peu son éclat et sa popularité…

Joyeuse fête de la musique et … en scène !

 

Sources : 
https://bodylangage.fr/blog/une-histoire-de-claquettes/
http://dansepower.e-monsite.com/pages/les-claquettes/la-naissance-des-claquettes.html

Photo : Film The Artist

Découverte : la Maison des Tresses et Lacets

7 juin 2018

Depuis plus de 10 ans, la Maison des tresses et lacets voit son nombre de visiteurs constamment augmenté… Mais que cache cette bâtisse aux beaux airs d’atelier ?

La Maison des tresses et lacets de la ville de La Terrasse sur Dorlay, aujourd’hui devenue un musée, était autrefois une ancienne fabrique de tresses et de lacets, le Moulin Pinte. Datant du début du XXe siècle, elle fut construite sur les bords du Dorlay pour être alimentée par la force de cette rivière.

Ce lieu est désormais un “conservatoire vivant d’un savoir-faire ancien, spécifique à la région Rhône-Alpes qui fut pendant longtemps la capitale européenne de la tresse et du lacet”. Témoin de l’histoire, on peut découvrir là-bas les installations hydrauliques qui faisaient fonctionner l’usine, et notamment la roue à augets. Le lieu ouvre aussi ses portes sur l’Atelier de 1910 et ses anciens métiers à tresser en bois (encore en état de marche).

Et, pour dynamiser le lieu et le faire découvrir à tous, la Maison des tresses et lacets organise de nombreux événements, expositions temporaires et activités ateliers, que vous pouvez retrouver ici.

Bref, pour la beauté du lieu ou par amour des lacets, on vous invite à aller découvrir la Maison des tresses et lacets !

L’histoire des chaussures à boucle de notre ami Leprechaun de la Saint-Patrick !

14 mars 2018

Ce week-end, c’est la Saint-Patrick, et cet événement nous a inspiré… Non, nous n’allons pas parler bière, bien qu’il en existe une très grande variété. 

Connaissez-vous l’histoire qui se cache derrière ce 17 mars ? Non ? Pas vraiment, mis à part que c’est l’occasion de boire des bières ? Pour être honnête, on n’en savait pas vraiment plus, donc on s’est renseigné pour vous et voici ce qu’on a trouvé : “Saint Patrick est le saint patron de l’Irlande. Ce missionnaire fut en effet le fondateur du christianisme dans ce pays, au Ve siècle. Cette fête chrétienne est célébrée le 17 mars. La légende veut que saint Patrick ait utilisé le trèfle pour expliquer la Sainte-Trinité. La couleur verte et le trèfle sont donc devenus les symboles de cette fête et les emblèmes du pays.”

Et, depuis on célèbre chaque année, en Irlande, en France ou encore (entre autres) à New York ou Chicago, la Saint-Patrick, chaque 17 mars, soit simplement autour de bières entre amis soit autour d’un gigantesque défilé tout vert comme c’est le cas notamment à New York.

Et quand on pense à la Saint-Patrick, on pense à la bière, à la couleur verte mais aussi au fameux Leprechaun (vert). Ce petit Leprechaun détient selon la légende un trésor caché, dont on peut le forcer à révéler la cachette qu’à condition de réussir à l’attraper. Ce n’est pas pour sa richesse que nous nous intéressons aujourd’hui à lui, mais, bel et bien pour son style unique.

Le Leprechaun de la Saint-Patrick, c’est une barbe et une chevelure de feu, un costume vert, un chapeau haut de forme vert, et surtout : des chaussures à boucles !

Toute cette introduction pour en arriver à ça : L’histoire de la chaussure à boucle.

Alors que le soulier moderne, apparu en 1610, se démocratisait, le soulier à boucle est né en 1660, du désir d’ajouter toujours plus de sophistication et d’ornements aux chaussures. Mais outre son coté décoratif, on apprécie à la boucle sa praticité. Malgré ses avantages esthétiques et pratique, la boucle peine tout de même à faire l’unanimité, un coup pratique, un coup tendance, un coup démodée, un coup de retour, ce n’est qu’au XVIIIe siècle qu’elle s’impose réellement aux pieds des élégants hommes.

Les boucles sont alors en argent, en or ou encore en bronze. On les sophistique pour les cérémonies, avec des pierreries. En bref, la boucle devient un véritable accessoire de mode, un bijou. Les exploitations de diamant vont d’ailleurs participer à cet essor, comme en témoigne les diamants qui peu à peu s’incruste sur les souliers, à partir 1720. Les formes, les formats, les motifs et les matériaux de la boucle évoluent donc au cours du XVIIIe siècle, selon les tendances certes mais aussi les richesses. La boucle appartient finalement au domaine de la joaillerie. Si bien que Georges-Frédérique Strass connaîtra un succès immense en 1734, en inventant un cristal très riche en plomb imitant le diamant, il sera d’ailleurs nommé joaillier du Roi. Cette invention permettra ainsi de varier les modèles, et de répondre aux caprices (incessant de la mode) sans trop se ruiner. « Le succès de ces bijoux entraîne la naissance d’une nouvelle corporation, celle des joailliers faustiers.»

Finalement, c’est la Révolution française qui va mettre à mal cette tendance, la montrant du doigt comme étant un signe de richesse et de coquetterie (contre lesquelles on se plaisait justement à se révolter). “Le Dictionnaire national définit en 1790 les boucles d’argent comme un « ornement superflu qui désigne un aristocrate, ou un égoïste au cœur de bronze».” Par la suite, par temps de conflit, la boucle “participe” à l’effort de guerre, les citoyens envoient leurs boucles pour sauver (grâce à leur fonte) la «Patrie en danger». “En échange, ils reçoivent des boucles carrées, de fer ou de laiton, sur lesquelles une inscription félicite le donateur d’avoir payé « le prix du patriotisme français » : les boucles patriotiques.”

Mode et événements historiques ont contribué à boucler la boucle, jusqu’à revenir (presque) définitivement aux lacets, dès le XIXe siècle. La boucle appartient alors au passé, aux nostalgiques, parfois aux émigrés, ou bien encore aux Dandys au style excentrique et quelque peu protestataire…

Pour les anglais, il s’agit d’une mode française. Les français eux, renvoient tout le mérite aux anglais : les “souliers anglais” -c’est beau…

Aujourd’hui, fier de nos modes, la boucle est réinventée, réinterprétée et réapparaît aux pieds des Messieurs comme des Dames !

 

Source : Futura SciencesLa Boucle de Chaussure

La neige est là, comment ne pas finir les fesses par terre ?

7 février 2018
Chaussure & neige

La neige a envahi une grande partie de la France, ces derniers jours. Certains adorent et trouvent cela féerique, d’autres maudissent cette neige et la trouvent machiavélique. – Il y en a aussi qui s’en contre-fichent pas mal, mais ils ne sont pas les plus marrants.

La neige, c’est blanc, c’est beau, c’est bien mais ça glisse aussi … Et, on rigole nettement moins quand on finit assis sur le sol gelé ! Du coup, on a trouvé une solution pour avoir une semelle de chaussure un peu plus antidérapante.

Vous voulez cette astuce ?

Eh bien, elle est très très très simple. Vous n’aurez besoin que de deux choses : du vinaigre blanc et une éponge.
Vous n’avez qu’un geste à faire : imbiber votre éponge de vinaigre blanc et en badigeonner la semelle de vos chaussures.

N’étant pas franchement de grands scientifiques, on ne s’est pas vraiment posé la question de savoir quelle propriété du vinaigre blanc permettait à nos chaussures de gagner en qualités anti-dérapantes. Mais quoi qu’il en soit, cela fonctionne, et on a un peu moins peur de glisser maintenant !

Source : CommentEconomiser