Le saviez-vous ?

10 expressions autour du pied et leur signification.

23 août 2018

Aujourd’hui (et parce que c’est bientôt la rentrée, donc un peu de culture générale, ça ne fera pas de mal), on vous liste des expressions contenant un mot du champ lexical du pied (c’est-à-dire, avec le mot chaussure, sabot, soulier, pied, etc), et on vous donne leur signification. – C’est cadeau ! Vous allez sûrement pouvoir briller en société avec ça.

  1. Avoir les pieds sur terre : avoir le sens des réalités.
  2. Ne pas avoir les deux pieds dans le même sabot : être débrouillard.
  3. Avoir un clou dans sa chaussure : avoir du vécu, de l’expérience.
  4. Trouver chaussure à son pied : trouver exactement ce dont on a besoin, ou bien rencontrer la personne qui nous convient.
  5. Il n’y a jamais eu si beau soulier qui ne devienne laide savate : même le plus beau des visages est amené à s’enlaidir.
  6. Il n’y a pas de mauvaise chaussure qui ne trouve sa pareille : même médiocre chacun peu trouver chaussure à son pied (cf point 4.)
  7. Se lever du pied gauche : être de mauvaise humeur, mal commencer sa journée.
  8. Avoir l’estomac dans les talons : avoir très faim.
  9. Être bien dans ses baskets : être à l’aise, se sentir bien.
  10. Battre la semelle : faire les 100 pas.
  11. Lever le pied : ralentir.
  12.  Avoir bon pied bon œil : être en bonne santé
  13. Ne pouvoir mettre un pied devant l’autre : être épuisé.
  14. Avoir le moral dans les chaussettes : avoir le moral à zéro.
  15. Prendre son pied : prendre beaucoup de plaisir (par exemple, “chaque fois que j’achète des chaussures Salamander, je prends mon pied”).
NB : Liste non-exhaustive.

Retour sur l’histoire des Claquettes

21 juin 2018

En ce jour de Fête de la musique, parlons “Claquettes”, et découvrons l’histoire de cet art …

Originaires d’Irlande, les claquettes permettaient aux paysans irlandais de communiquer à travers les vallées en frappant leurs sabots sur des troncs de bois vides. Puis, avec la grande famine, les irlandais quittèrent leur terre natale, émigrant ainsi en Amérique, au début du XIXe siècle.

Très vite, dans les quartiers où cohabitaient noirs libres et irlandais immigrés, une cohésion se crée, et l’art irlandais leur permet alors de communiquer entre eux, d’une manufacture à l’autre. Le Clog Danse nait.

Peu à peu, il se répand à travers les Etats-Unis, devenant un moyen d’expression apprécié des noirs américains, qui réinventent la chaussure : il n’est plus question de sabots, mais de petites chaussures en cuir avec des plaques de bois aux talons : les splits clogs. Malheureusement, ce nouveau modèle s’usant très vite, les années folles voient naître encore une nouvelle version de ces souliers, remplaçant ainsi la plaque de bois par une plaque en fer : les Claquettes (telles que nous les connaissons aujourd’hui) apparaissent alors.

À cette époque, cet art se popularise, encore et encore, et des numéros de claquettes font leur apparition dans les films américains. Dans ce prolongement, ce sont les comédies musicales comme celles de Brodway qui se voient le jour et avec elles, des claquettistes de renom, comme Fred Astaire.

Aujourd’hui, après avoir été de nouveau sous les projecteurs dans les films The Artist ou encore Lala Land, un nouvel engouement apparaît pour les claquettes. Cet art retrouve peu à peu son éclat et sa popularité…

Joyeuse fête de la musique et … en scène !

 

Sources : 
https://bodylangage.fr/blog/une-histoire-de-claquettes/
http://dansepower.e-monsite.com/pages/les-claquettes/la-naissance-des-claquettes.html

Photo : Film The Artist

Découverte : la Maison des Tresses et Lacets

7 juin 2018

Depuis plus de 10 ans, la Maison des tresses et lacets voit son nombre de visiteurs constamment augmenté… Mais que cache cette bâtisse aux beaux airs d’atelier ?

La Maison des tresses et lacets de la ville de La Terrasse sur Dorlay, aujourd’hui devenue un musée, était autrefois une ancienne fabrique de tresses et de lacets, le Moulin Pinte. Datant du début du XXe siècle, elle fut construite sur les bords du Dorlay pour être alimentée par la force de cette rivière.

Ce lieu est désormais un “conservatoire vivant d’un savoir-faire ancien, spécifique à la région Rhône-Alpes qui fut pendant longtemps la capitale européenne de la tresse et du lacet”. Témoin de l’histoire, on peut découvrir là-bas les installations hydrauliques qui faisaient fonctionner l’usine, et notamment la roue à augets. Le lieu ouvre aussi ses portes sur l’Atelier de 1910 et ses anciens métiers à tresser en bois (encore en état de marche).

Et, pour dynamiser le lieu et le faire découvrir à tous, la Maison des tresses et lacets organise de nombreux événements, expositions temporaires et activités ateliers, que vous pouvez retrouver ici.

Bref, pour la beauté du lieu ou par amour des lacets, on vous invite à aller découvrir la Maison des tresses et lacets !

L’histoire des chaussures à boucle de notre ami Leprechaun de la Saint-Patrick !

14 mars 2018

Ce week-end, c’est la Saint-Patrick, et cet événement nous a inspiré… Non, nous n’allons pas parler bière, bien qu’il en existe une très grande variété. 

Connaissez-vous l’histoire qui se cache derrière ce 17 mars ? Non ? Pas vraiment, mis à part que c’est l’occasion de boire des bières ? Pour être honnête, on n’en savait pas vraiment plus, donc on s’est renseigné pour vous et voici ce qu’on a trouvé : “Saint Patrick est le saint patron de l’Irlande. Ce missionnaire fut en effet le fondateur du christianisme dans ce pays, au Ve siècle. Cette fête chrétienne est célébrée le 17 mars. La légende veut que saint Patrick ait utilisé le trèfle pour expliquer la Sainte-Trinité. La couleur verte et le trèfle sont donc devenus les symboles de cette fête et les emblèmes du pays.”

Et, depuis on célèbre chaque année, en Irlande, en France ou encore (entre autres) à New York ou Chicago, la Saint-Patrick, chaque 17 mars, soit simplement autour de bières entre amis soit autour d’un gigantesque défilé tout vert comme c’est le cas notamment à New York.

Et quand on pense à la Saint-Patrick, on pense à la bière, à la couleur verte mais aussi au fameux Leprechaun (vert). Ce petit Leprechaun détient selon la légende un trésor caché, dont on peut le forcer à révéler la cachette qu’à condition de réussir à l’attraper. Ce n’est pas pour sa richesse que nous nous intéressons aujourd’hui à lui, mais, bel et bien pour son style unique.

Le Leprechaun de la Saint-Patrick, c’est une barbe et une chevelure de feu, un costume vert, un chapeau haut de forme vert, et surtout : des chaussures à boucles !

Toute cette introduction pour en arriver à ça : L’histoire de la chaussure à boucle.

Alors que le soulier moderne, apparu en 1610, se démocratisait, le soulier à boucle est né en 1660, du désir d’ajouter toujours plus de sophistication et d’ornements aux chaussures. Mais outre son coté décoratif, on apprécie à la boucle sa praticité. Malgré ses avantages esthétiques et pratique, la boucle peine tout de même à faire l’unanimité, un coup pratique, un coup tendance, un coup démodée, un coup de retour, ce n’est qu’au XVIIIe siècle qu’elle s’impose réellement aux pieds des élégants hommes.

Les boucles sont alors en argent, en or ou encore en bronze. On les sophistique pour les cérémonies, avec des pierreries. En bref, la boucle devient un véritable accessoire de mode, un bijou. Les exploitations de diamant vont d’ailleurs participer à cet essor, comme en témoigne les diamants qui peu à peu s’incruste sur les souliers, à partir 1720. Les formes, les formats, les motifs et les matériaux de la boucle évoluent donc au cours du XVIIIe siècle, selon les tendances certes mais aussi les richesses. La boucle appartient finalement au domaine de la joaillerie. Si bien que Georges-Frédérique Strass connaîtra un succès immense en 1734, en inventant un cristal très riche en plomb imitant le diamant, il sera d’ailleurs nommé joaillier du Roi. Cette invention permettra ainsi de varier les modèles, et de répondre aux caprices (incessant de la mode) sans trop se ruiner. « Le succès de ces bijoux entraîne la naissance d’une nouvelle corporation, celle des joailliers faustiers.»

Finalement, c’est la Révolution française qui va mettre à mal cette tendance, la montrant du doigt comme étant un signe de richesse et de coquetterie (contre lesquelles on se plaisait justement à se révolter). “Le Dictionnaire national définit en 1790 les boucles d’argent comme un « ornement superflu qui désigne un aristocrate, ou un égoïste au cœur de bronze».” Par la suite, par temps de conflit, la boucle “participe” à l’effort de guerre, les citoyens envoient leurs boucles pour sauver (grâce à leur fonte) la «Patrie en danger». “En échange, ils reçoivent des boucles carrées, de fer ou de laiton, sur lesquelles une inscription félicite le donateur d’avoir payé « le prix du patriotisme français » : les boucles patriotiques.”

Mode et événements historiques ont contribué à boucler la boucle, jusqu’à revenir (presque) définitivement aux lacets, dès le XIXe siècle. La boucle appartient alors au passé, aux nostalgiques, parfois aux émigrés, ou bien encore aux Dandys au style excentrique et quelque peu protestataire…

Pour les anglais, il s’agit d’une mode française. Les français eux, renvoient tout le mérite aux anglais : les “souliers anglais” -c’est beau…

Aujourd’hui, fier de nos modes, la boucle est réinventée, réinterprétée et réapparaît aux pieds des Messieurs comme des Dames !

 

Source : Futura SciencesLa Boucle de Chaussure

La neige est là, comment ne pas finir les fesses par terre ?

7 février 2018
Chaussure & neige

La neige a envahi une grande partie de la France, ces derniers jours. Certains adorent et trouvent cela féerique, d’autres maudissent cette neige et la trouvent machiavélique. – Il y en a aussi qui s’en contre-fichent pas mal, mais ils ne sont pas les plus marrants.

La neige, c’est blanc, c’est beau, c’est bien mais ça glisse aussi … Et, on rigole nettement moins quand on finit assis sur le sol gelé ! Du coup, on a trouvé une solution pour avoir une semelle de chaussure un peu plus antidérapante.

Vous voulez cette astuce ?

Eh bien, elle est très très très simple. Vous n’aurez besoin que de deux choses : du vinaigre blanc et une éponge.
Vous n’avez qu’un geste à faire : imbiber votre éponge de vinaigre blanc et en badigeonner la semelle de vos chaussures.

N’étant pas franchement de grands scientifiques, on ne s’est pas vraiment posé la question de savoir quelle propriété du vinaigre blanc permettait à nos chaussures de gagner en qualités anti-dérapantes. Mais quoi qu’il en soit, cela fonctionne, et on a un peu moins peur de glisser maintenant !

Source : CommentEconomiser

Donner une seconde vie à ses chaussures en cuir en 6 étapes !

1 décembre 2017

Vos chaussures en cuir vous les aimez, mais ne savez pas comment les entretenir correctement pour prolonger leur vie ?

On vous aide en six étapes -et pas une de plus- à les conserver aussi fraîches qu’au premier jour !

Étape n°1 : Préparez
Avant toute action importante, il faut se préparer psychologiquement, mais aussi et surtout préparer le terrain.
Tout d’abord, réunissez tout ce dont vous avez besoin :

  • une paire d’embauchoirs -pour mettre dans les chaussures;
  • une brosse décrottoir -pour dépoussiérer ;
  • deux chamoisettes en pur coton -pour appliquer;
  • un lait nettoyant -pour nettoyer ;
  • une crème nourrissante qui protège le cuir -pour nourrir et protéger;
  • un pot de cirage -pour cirer;
  • une brosse palot en crin de cheval -pour étaler précisément et parfaitement le cirage;
  • une brosse à reluire en crin de cheval -pour lustrer.

Pour commencer, mettez donc les embauchoirs dans les souliers et retirez les lacets pour éviter de les salir.

Étape n°2 : Dépoussiérez vos chaussures
À l’aide de votre brosse décrottoir, frottez énergiquement vos chaussures pour retirer la saleté. Cela évite de coller les crasses avec le cirage.

Étape n°3 : Nettoyez
Nettoyer les chaussures grâce à la chamoisette imbibée de lait nettoyant, en exerçant des mouvements circulaires. Cette étape permet de les nettoyer de leur ancien cirage pour éviter que le cuir ne craque par la suite.

Étape n°4 : Nourrissez
De la même manière et toujours grâce à une chamoisette (propre), appliquez la crème vigoureusement, de sorte à bien faire pénétrer, et à hydrater le cuir en profondeur.

Étape n°5 : Cirez
L’étape essentielle -c’est tout de même là qu’on veut en venir, est le cirage. Elle permet de faire briller vos chaussures et de parfaire tout le travail fournit dans les étapes précédentes. Et c’est maintenant que la brosse palot entre en scène; grâce à elle, vous allez pouvoir répartir le cirage dans tous les recoins ! Il est conseillé d’imperméabiliser vos souliers au passage, afin de les protéger de la pluie.

Étape n°6 : Lustrez
La cerise sur le gâteau ! Cette étape n’est pas obligatoire, mais elle vous permettra d’avoir encore plus de brillance. Avec la brosse à lustrer, comme son nom l’indique : lustrez d’un geste rapide.

Étape n°7 : Félicitez-vous
Oui ! Vous pouvez vous féliciter, vous avez fait du bon boulot ! Vos chaussures sont comme neuves !

 

(Fausse) Idée reçue : Les hommes sont moins shopping que les femmes !

9 octobre 2017

Les idées reçues concernant le shopping et le fait que seules les femmes sont “victimes” de la mode sont nombreuses…
Une récente étude Cofidis / CSA a montré que toutes ces théories étaient plus infondées les unes que les autres, et faisaient davantage partie de l’imaginaire populaire que de statistiques avérées.

Idée reçue : Les hommes sont moins dépensiers que les femmes (en shopping)
FAUX. 2 français sur 3 pensent que les femmes dépensent beaucoup d’argent en shopping, et pourtant les femmes ont un budget vêtements de 108€ par mois en moyenne. Un montant en réalité équivalant à la moyenne générale …
Et au contraire, selon une étude néerlandaise, il semblerait qu’avec le développement de l’e-commerce, les hommes soient de plus en plus attirés par le shopping, et dépenseraient ainsi en moyenne autour de 135 euros par mois !

Bref, pour 78% des hommes, il est important se sentir bien habillé -et pour ça, on fait du shopping !

Sources : Plurielles.fr & Ladepeche.fr

Les chaussures en toile sous la pluie, c’est possible !

12 septembre 2017

“Septembre, c’est encore l’été…” Mon oeil !

Cette année, Septembre est synonyme de pluie. Sauf que nous, nous n’avons pas assez profité de nos petites chaussures estivales et surtout nous n’avons pas encore investi dans nos Salamander pour l’hiver.

Mais, comment continuer à porter nos baskets en toile ?
Nous avons la solution…

Pour cela, munissez-vous de trois choses :
1. une bougie -non, l’idée n’est pas de prier Dieu pour que le soleil revienne;
2. un sèche-cheveux;
3. votre paire de chaussures, ça peut servir, dans le cas présent.

L’astuce est simple. Il suffit de frotter délicatement vos chaussures avec la bougie, ne négligez aucune zone. Une fois cette étape réalisée, faites fondre les particules de cire déposées sur vos chaussures à l’aide de votre sèche-cheveux. Cela permettra à la cire de bien imprégner le tissu. Laissez finalement sécher vos jolis souliers désormais imperméabilisés…

Eh hop, vous êtes prêt(e)s à affronter la météo, et même à retomber en enfance en sautant, sans risque, dans les flaques !

Alors, vous y croyez à cette astuce ? Ou bien vous préférez renoncer et filer dans votre boutique Salamander ?

Connaissez-vous les poulaines ?

4 septembre 2017

Toutes les époques ont eu leur mode et au XIVème siècle, la mode était à la poulaine. Mais qu’est-ce que c’est ?

La poulaine était une chaussure mixte : hommes et femmes pouvaient la porter. Une chaussure pointue à l’extrémité allongée et relevée qui pouvait aller jusqu’à 50 centimètres, selon la classe sociale. Le bout était rembourré de mousse ou chanvre pour la rigidité de la pointe. Réprouvées par le clergé parce que le bout pointu permettait de relever la robe de la demoiselle assise en face, leur longueur empêchait aussi de s’agenouiller pour prier. Le phénomène a pris tellement d’ampleur qu’il est devenu une affaire d’état : Charles V a interdit ces chaussures par l’ordonnance royale de 1368 mais la mode perdura jusqu’aux années 1470.

Et pourquoi “poulaine” :  féminin de l’adjectif « poulain » qui était au XVème siècle l’équivalent du terme « Polonais », cette mode vestimentaire passait pour être originaire de Pologne. C’est pourquoi les termes de soulier à la poulaine ou soulier à la polonaise sont parfois employés pour désigner ce type de chaussures.

S’il devait y avoir une chaussure à la mode en ce moment, à votre avis, ce serait laquelle ?

Le shoesing, le meuble pour les fans de chaussures.

24 août 2017

On connaît les fans de vêtements et leurs dressings immenses, alors pourquoi les fans de chaussures n’auraient-ils pas le droit à leur propre dressing? Ils sont tellement nombreux qu’on a même inventé un mot pour ça : le “shoesing” !  Si vous en faites partie, que vous ne savez plus comment organiser vos chaussures, qu’il y en a aussi bien dans l’entrée que dans la cuisine, et même la salle de bains, voici une sélection non exhaustive de meubles de différentes tailles et à tous les prix pour vous aider à ranger vos paires préférées.